Focus sur un Opus

15-03-2019

Comme un boomerang est une exposition d’art contemporain présentée au Chronographe et conçue en collaboration avec le Frac des Pays de la Loire et le pôle de recherche archéologique de Nantes Métropole. L’exposition propose d’explorer les liens que peuvent partager l’art contemporain et l’archéologie, en écho au parcours permanent du Chronographe, implanté sur le site antique de Ratiatum. Vingt-trois œuvres d’artistes internationaux issues de la collection du Frac des Pays de la Loire sont ainsi présentées du 9 février au 12 mai 2019 au sein de ce centre d’interprétation archéologique.

 Gala Porras Kim, Marseille fragment reconstruction 3, 2016. Œuvre de la collection du Frac des Pays de la Loire. Photo Fanny Trichet
 Gala Porras Kim, Marseille fragment reconstruction 3, 2016. Œuvre de la collection du Frac des Pays de la Loire. Photo Fanny Trichet

L’œuvre Marseille fragment reconstruction 3  se compose de sept pièces réalisées dans des matériaux similaires : la céramique, le bois et le métal. Les fragments de céramique utilisés ont été retrouvés dans une benne à gravats près d’un chantier de construction à Marseille où l’artiste était en résidence chez Triangle France, une association dédiée à l'art contemporain. Ces tessons ont ensuite été assemblés avec des pièces en céramique noire, façonnées et cuites à proximité du Frac de Carquefou, où elle était en résidence en 2016 dans le cadre des XXXe Ateliers Internationaux. Ces assemblages de céramiques ont ensuite été posés sur un socle en bois pour réaliser ces pièces qui nous questionnent sur la notion de vestige. En archéologie, un vestige est ce qui subsiste des activités humaines, c’est-à-dire, les structures, les objets et les traces laissés par le passage de l’Homme et qui se sont dégradés avec le temps. Ces vestiges ont pour l’archéologue une fonction de témoin, ils renseignent sur les activités anthropiques passées.

 Gala Porras Kim, Marseille fragment reconstruction 3, 2016. Œuvre de la collection du Frac des Pays de la Loire. Photo Fanny Trichet
 Gala Porras Kim, Marseille fragment reconstruction 3, 2016. Œuvre de la collection du Frac des Pays de la Loire. Photo Fanny Trichet

Quels liens entretient alors cette œuvre avec l’archéologie ? Ces fragments de céramique récoltés par l’artiste sont les témoins de son passage à Marseille. Cette démarche artistique peut être comparée à celle d’un archéologue qui collecte et trie les vestiges découverts durant des fouilles. Cependant, Porras-Kim ne cherche pas à lire de manière scientifique ces vestiges, mais plutôt à leur donner une nouvelle histoire, une nouvelle identité. Sa reconstitution d'un objet entier à partir d'un fragment est donc une hypothèse artistique, un contre-pied aux postulats scientifiques.

 

Vues d’atelier, Triangle France, mai 2015. © Photo Triangle France

Gala Porras-Kim est une artiste pluridisciplinaire dont les travaux questionnent la manière dont la connaissance est acquise et testent le potentiel de l'objet d'art de fonctionner comme outil épistémologique en dehors de son contexte artistique et historique traditionnel. Ses récents travaux examinent le signifiant ultime et littéral de la culture : la langue et en particulier sa sonorité. L'artiste spécule sur les récits possibles des objets, les histoires potentielles de fragments qui réintroduisent l'exposition aux modes de représentation actuels. Sa condition en tant que telle est comprise et traitée comme faisant partie d’une logique dans laquelle le geste artistique de reformulation donne une nouvelle vie au récit d’objets qui seraient autrement perdus dans l’Histoire.

Focus sur le Premier geste
20-03-2019

Focus sur Laurent Tixador, artiste exposé dans l'exposition Comme un boomerang et reçu par le Chronographe dimanche 24 mars 2019
Namsborg - Des vikings sur l'île de Biesse ?
28-10-2018

Une fresque a fait son apparition au bout de la rue Grand Biesse à Nantes : pourquoi un viking est-il représenté dessus ?
Allumez le feu
14-07-2018

Retour en images sur le feu d'artifice et les festivités de la Fête Nationale de la ville de Rezé, sur le site Saint-Lupien et au Chronographe.