Les représentations de Néandertal au moment de sa découverte: de l’Homme-singe à sa réhabilitation

24-07-2020

 

(Temps de lecture: 3min)

 

Neandertal est souvent comparé à Homo sapiens. Depuis le 19e, siècle les images sur Neandertal se multiplient : moins intelligent, moins évolué, bestial.... comment s’est construite sa réputation ?

Du point de vue scientifique

Dans la décennie suivant sa découverte, les historiens et préhistoriens tendent à illustrer par sa découverte les théories sur la loi du progrès de l’humanité. Néandertal arrive dans ces représentations avec son anatomie particulière. Robustesse de son squelette, forme particulière de son crâne, l’homme de Néandertal est comme une énigme scientifique sur laquelle se projettent toutes formes de fantasmes.

Influencé par les théories de Darwin sur l’évolution et le progrès des espèces, Néandertal se voit attribuer une place dans la généalogie humaine. Avec peu de données à dispositions, les scientifiques ne tardent pas à assimiler sa forme animale physique à une animalité psychologique.

_ L’Homme de la Chapelle-aux-Saints, Homme de Néandertal par Kupka d’après...

 

Certains préhistoriens examinent les traumas présents sur les os et y voient la preuve de la brutalité et de la sauvagerie de Neandertal. Cette brutalité animale est vite associée à la faible intelligence de Neandertal en corrélation avec la forme du crâne ovale et plus aplatie que le nôtre, preuve supposée d’une infériorité cérébrale.

Les théories sur l’héritage de Néandertal dans la société actuelle se multiplient jusqu’à imaginer que l’atavisme (c’est à dire la réapparition d’un caractère primitif chez l'homme) est visible dans la société actuelle notamment chez certaines populations aborigènes ou chez les criminels. 19e siècle se développe de nombreuses théories sur le fait que le physique d’un individu reflète ses caractéristiques mentales, particulièrement chez les criminels. Ces théories sont particulièrement développées par Gabriel de Mortillet (préhistorien), Arthur Bordier (médecin anthropologue) et Césare Lombroso (médecin et crimatologue).

César Lombroso (1835 – 1909) fit particulièrement connaître ses théories dans son ouvrage devenu célèbre, L’Homme Criminel. Il développe ses thèses sur les criminels « nés », c’est-à-dire que la violence criminelle serait présente dans leurs gènes. Il appuie ses théories par des démonstrations médico-légales, voir anthropologiques telles que les caractères physiques : la forme du crâne (phrénologie) présentant un prolongement à l’arrière ou une physionomie générale (physionomie) atypique, trapue… suggérant la violence.

Ces caractéristiques physiques ne sont pas sans nous rappeler celles de Néandertal. Selon ses études, l’atavisme marquerait le criminel qui porte en lui les gènes de ces hommes de la Préhistoire. Lors de l’Exposition Universelle de 1878 à Paris, Arthur Bordier présente à la section anthropologique une série de crâne d’assassins qui furent guillotinés. Il y observe le développement « quasi préhistorique de la région pariétale (arrière du lobe frontal) chez les assassins et leur brutalité sauvage. Moins de région frontale et plus de région pariétale ; moins de réflexion et plus d’action ; n’est-ce pas là la caractéristique de l’homme préhistorique et de l’assassin moderne ? ».

Du point de vue artistique

Ces représentations se retrouvent dans l’œil artistique des peintres ou sculpteurs du début XXe siècle. Fascinés par l’anthropologie et l'homme sauvage, beaucoup s'adonnent à une représentation du néandertalien instinctif, bestial, voire même avec des comportements violents, tels que le meurtre, le viol ou le cannibalisme. Paul Jamin (1853 – 1903) a représenté de nombreuses scènes de la Préhistoire et a peint notamment Le Rapt, âge de pierre. Une cinquantaine d’années plus tard, c’est le cinéma qui patit de cette représentation qui survit. The Neandertal man affiche un terrifiant homme-singe qui agresse des femmes modernes, archétype du violeur-agresseur.

Néanderthal man (Le film) et  Le Rapt, âge par P. Jamin.pngNéanderthal man (Le film) et Le Rapt, âge de Pierre, peint par Paul Jamin

 

Pourtant, certains artistes se sont isouciés dès les années 1920 de représenter fidèlement Néandertal. Le sculpteur Joanny Durand s'est rapproché de l'anthropologue Marcellin Boule pour réalisé un buste. Il contourne le problème de l'expressivité en ne mettant ni yeux, ni peau, ni cheveux. Entre 1909 et 1914, Louis Mascre réalise réalise quinze bustes polychrome en collaboration avec le conservateur du Muséum de l’Institut Royal des sciences naturelles de Belgique, dont deux représentent une femme et un homme de Néandertal.

Aujourd'hui, Neandertal est représenté pour ce qu’il est, un Homme, avec des reproductions telles que celle réalisées par Elisabeth Daynèstel exposée au Musée de l'Homme, ou encore celle de l'Homme de Spy réalisée par deux artistes néerlandais Adrie et Alfons Kennis.

Kinga, réalisée par Elisabeth Daynèstel et l'Homme de Spy réalisé par Adrie...Kinga, réalisée par Elisabeth Daynèstel et l'Homme de Spy réalisé par Adrie et Alfons Kennis

 

Billet élaboré à partir de :

Catalogue d’exposition :  Néandertal, Muséum national d'histoire naturelle, Gallimard, 2018

Autres références :

PATOU-MATHIS Marylène, Néandertal de A à Z, Paris, Allary Edition, 2018

Les clichés sur Neandertal, vrai ou faux ?
29-07-2020

Suite à des interprétations scientifiques hâtives, œuvres d’art, illustrations et littérature vont diffuser une série de clichés sur Neandertal. Ses représentations ancrées dans l’image de l’homme préhistorique, souvent associé à tord à l’image de l’homme des cavernes, survivent encore aujourd’hui.
L'incendie de la cathédrale de Nantes par les vikings en 843
22-07-2020

L'incendie de la cathédrale de Nantes en juillet 2020 réveille dans les mémoires le souvenir de l'incendie de 1972. Mais ce n'est pas le premier en date... Dès 843, la cathédrale de Nantes est le théâtre de la première incursion viking dans la ville de Nantes.
Un campement Néandertalien - Focus sur cette découverte archéologique
17-07-2020

Au delà des habitats sous roches, quelles sont les traces que les néandertaliens ont laissé aux archéologues contemporains ? C’est la question à laquelle tente de répondre le Chronographe dans son exposition sur Néandertal, en s'intéressant particulièrement au campement en plein air de la Folie construit par les Néandertaliens il y a 65 000 ans.