Néandertal et l’art : un artiste ou une source d’inspiration ?

04-12-2020

(Temps de lecture : 4 min)

Néandertal et l’art : artiste ou sensible à l’esthétisme ?

Artiste… ?


De nombreux débats animent la communauté scientifique pour savoir si Néandertal était un artiste ou non. Certains considèrent que l’Homme moderne est l’inventeur de l’Art, quand d’autres estiment que Néandertal avait une pratique artistique.

Les premières représentations graphiques figurées (hommes, animaux, végétaux) sont datées pour les plus anciennes de -40 000 ans avant notre ère, notamment dans la grotte d’El Castillo en Espagne. Cette datation permet à certains scientifiques d’avancer que Néandertal en est l’auteur, puisque la datation penche du côté de Néandertal. La présence de Néandertal est en effet attestée de -300 000 à -28 000 ans en Eurasie (un espace à cheval sur l’Europe et l’Asie actuelle), tandis qu’Homo Sapiens apparaît seulement à partir de -45 000 ans.

Grotte Gorham.jpg
Gravure géométrique de la grotte de Gorham, à Gibraltar


Du côté de la grotte de Gorham à Gibraltar, une gravure géométrique a été faite de la main de Néandertal il y a plus de 35 000 ans.

Avec si peu d’éléments, rien ne semble prouver que Néandertal eut une démarche artistique, mais rien ne prouve le contraire non plus. Les futures découvertes scientifiques, et surtout les méthodes de datation qui tendent à s’affiner, apporteront des réponses à ces interrogations. Si les chercheurs ont longtemps pensé que seul l’Homme moderne pouvait avoir créé l’art, c’est aussi lié à l’image de Néandertal qui a longtemps dominé : celle de la bête sauvage, brute et peu dotée de sensibilité.

… ou sensible à l’esthétisme ?


D’après les découvertes archéologiques, il semblerait que Néandertal était sensible à l’esthétisme. Il s’ornait de parures faites en os, en pierre, en plume ou en coquillage. Des hypothèses émergent sur la pratique de peintures corporelles, notamment suite à la découverte de morceaux d’ocre, de dioxyde de manganèse, et de matériel de broyage (meules, pilons…) associés à des godets.

vitrine muséum 3.JPG
Outil taillé dans un bloc de cristal de Roche, présenté au Muséum d'histoire naturelle de Nantes, dans le cadre de l'exposition Néandertal


Au-delà de la parure du corps, la qualité et la matière de certains outils revêtissent également des qualités esthétiques indéniables. Néandertal a parfois utilisé du jaspe ou du cristal de roche comme matière première, plutôt que des silex monochromes. Il arrive que des nervures de couleur, des fossiles ou des cristaux incrustés dans la pierre aient été conservés, voire mis en valeur dans l’objet fini, ce qui vient ajouter une dimension esthétique, peut-être même sociale et symbolique, à sa valeur fonctionnelle. De même, la taille en elle-même est parfois esthétique, comme le travail particulièrement soigné de certains bifaces : leur extrême régularité et symétrie n’ajoute rien de fonctionnel à l’outil.

Ces manifestations esthétiques dans l’artisanat ne font pas de Néandertal un artiste, mais il est clair qu’il possède une sensibilité à l’esthétisme, celle-ci pouvant être liée aux rites et au symbolique.

Néandertal, sujet des artistes

La Préhistoire, sujet académique (19ème siècle)


Si la question de la pratique artistique par Néandertal reste d’actualité, il est indéniable que ce dernier a inspiré les artistes depuis longtemps, et ce, dès les découvertes scientifiques du 19ème siècle.

Sous la IIIème République, les artistes s’emparent de l’univers préhistorique, qui représente un inconnu fantasmé. Cet univers incarne une redéfinition de l’humanité, tout en favorisant une affirmation du progrès face à l’obscurantisme religieux.

Jamin2.jpgPaul Jamin, La fuite devant le mammouth et Rapt à l’âge de pierre, 1885 et 1888, Musée des Beaux-Arts, Reims.


Loin de vouloir être conformes aux découvertes scientifiques, les artistes représentent la Préhistoire telle qu’ils l’ont rêvée ou fantasmée. Paul Jamin (1853-1903), peintre académique, présente plusieurs toiles au Salon, dépeignant un univers préhistorique plus ou moins mythique (rapt, combat, hommes préhistoriques fuyant devant des mammouths). Peinte sur de grands formats, au même titre que les grandes scènes historiques et mythologiques, la Préhistoire prend de l’importance dans l’univers artistique.

La Préhistoire dans l’art moderne et contemporain


Au-delà des peintures traditionnelles, l’art moderne et contemporain s’inspire également de la Préhistoire. Traversant la Première puis la Seconde Guerre mondiale, les artistes prennent conscience que la fin de l’humanité est possible : la préhistoire ouvre des questionnements sur les débuts et la fin de l’humanité, les énigmes du passé et souligne une révolution de l’identité humaine. La Préhistoire incarne aussi l’apparition des premières formes d’art (abstraites ou figuratives), qui sont de nouvelles formes d’inspiration graphique : il y a la volonté d’un retour à l’originel. Sur ces sujets, le Centre Pompidou a présenté une exposition en 2019 : Préhistoire, une énigme moderne.


Paul Cézanne (1839-1906), considéré comme le « père de l’art moderne » a cherché dès les années 1880 à représenter l’histoire géologique de la Terre. Dans sa série de représentations de la montagne Sainte-Victoire, nous pouvons distinguer la stratigraphie des couches géologiques, révélant les différentes phases de l’Histoire sous nos pieds : presque une conception archéologique de l’art !

Léo Frobenugs oeuvre de sa collection exposé à Pompidou.jpg
Léo Frobenugs oeuvre de sa collection exposé à Pompidou


Un autre exemple emblématique de l’impact de la Préhistoire sur l’art moderne et contemporain est celui de la collection de l’ethnologue allemand Léo Frobenius (1873-1938). Au gré de nombreux voyages en Afrique, Océanie et Europe, à la recherche des formes originelles de la culture, il a réuni plus de 5 000 toiles où sont copiées par des artistes locaux des manifestations d’art pariétal et rupestre. Certaines œuvres sont exposées au milieu du 20ème siècle dans des établissements prestigieux comme le Musée d’Art moderne de New-York (MoMA) ou encore au Musée d’ethnologie du Trocadéro à Paris, preuve de l’intérêt pour ces formes d’art. La collection de Frobenius influence l’avant-garde occidentale (Picasso…) et influence l’émergence de la pensée de la négritude.

Klein.jpg
Yves Klein, Anthropométrie – ANT 84, 1860, Musée d’Art moderne et contemporain, Nice


Un autre artiste intéressé et influencé par l’art pariétal est Yves Klein (1928-1962) dont la fascination pour la Préhistoire remonte au début des années 50. Dans son œuvre Anthropométrie – ANT 84, 1860, Musée d’Art moderne et contemporain, Nice, les formes sont indéterminées. Elles sont surtout liées à des performances où des personnes étaient enduites de peinture bleue (bleu Klein), et où l’artiste les faisait bouger suivant sa volonté : il y a cette notion de l’intervention directe du corps pour peindre, au même titre que les négatifs et positifs de mains dans les grottes préhistoriques.

Parce qu’elle représente les origines humaines, et les premières formes d’art, mais aussi parce qu’elle possède une forme d’inconnu, la Préhistoire a inspiré et inspire encore aujourd’hui les artistes. Ces derniers s’intéressent finalement peu à qui a inventé l’art figuratif, tandis que cette question est centrale chez les chercheurs : Néandertal ou Sapiens ?

Pour aller plus loin

https://www.franceculture.fr/emissions/lart-est-la-matiere/les-mysteres-des-arts-prehistoriques

Néandertal hors-les-murs
02-12-2020

Dès l’annonce du nouveau confinement, le Chronographe s’est attaché à mettre en itinérance les ateliers développés autour de l’exposition Néandertal
Madame Néandertal
23-10-2020

Il était une fois les femmes Néandertal, habillées de peaux de bêtes, parées d’os et de pierres, attendant que les hommes valeureux reviennent de la chasse chargés de grand gibier, pour s’atteler à la préparation du repas.
Quelle disparition pour Néandertal ?
19-08-2020

Pourquoi Néandertal a t-il disparu ? Était-il trop bête ? Homo sapiens l’a t-il exterminé ? Ou encore, cannibales, ils se seraient mangés entre eux ? Cette énigme scientifique face à la disparition de Néandertal a poussé la diffusion de certaines théories plus ou moins farfelues. Qu’en est-il réellement ? Parcourons les différentes hypothèses qui furent émises puis réfutées, de la plus improbable à celle qui est aujourd’hui privilégiée.