Qui veut du blé ?

30-04-2020
0505_w_0541c © Archives Rezé.jpg
Lors des fouilles du site de St Lupien dans les années 80, les archéologues identifient assez rapidement la fonction des bâtiments dont ils retrouvent les vestiges : des entrepôts liés au fonctionnement du port gallo-romain de Ratiatum.
 
Mais que stockaient ces entrepôts ? 

 

Quelles marchandises transitaient sur le port ?
 
Si l'étude des céramiques, c'est à dire les contenants, nous renseigne sur le contenu, comme ici une amphore à vin à fond plat du 1er siècle (coll. GrandPatrimoine inv. 853.9.1), certaines marchandises sont plus incertaines...
gal102d_250_250.jpg
00057604.jpg (fouilles 2014)

En effet, les céréales et les denrées alimentaires périssables ne se conservent pas dans le temps, et il est difficile d'en retrouver la trace. Alors comment faire ??

C'est là que l'archéoentomologue entre en scène... Spécialiste des restes d'insectes, il va rechercher et analyser les traces laissés par les insectes du passé : les exosquelettes notamment. Dans les tamis des archéologues de Ratiatum, on retrouve des élytres du ténébrion meunier

Le ténébrion meunier est un petit insecte (1 cm environ) qui se nourrit... de grains de blés.

Si l'archéoentomologue en retrouve sur un site de fouille, il est quasiment certain qu'à cet endroit se trouvait ... du blé ! CQFD

800px-Tenebrio_molitor_MHNT.jpg
187 copie.jpg

Ici, à St Lupien, les archéologues ont eu de la chance et on pu confirmer la présence de blé à travers ces restes de grains de blé calcinés (1er-2e siècles).

Retrouvés à l'emplacement d'un entrepôt gallo-romain, ils témoignent de l'échange de céréales sur le port de Ratiatum

Les céréales (blé, orge, millet, sésame, avoine, seigle) constituaient l’élément essentiel de l’alimentation gallo-romaine.
 
Froment et seigle servaient à la fabrication de pain : ça vous rappelle quelque chose, cher.e.s boulanger.e.s de confinement ?
Dans le parcours d'exposition du Chronographe, nous vous invitons à découvrir le travail des archéologues spécialistes des os, graines et insectes :
  • l'archéozoologue (spécialiste des animaux),
  • le carpologue (spécialiste des graines),
  • l'ichtyologue (spécialiste des poissons),
  • le palynologue (spécialiste des pollens),
  • et l'archéoentomologue (spécialiste des insectes).

Leur travail permet de reconstituer l'alimentation des habitants de Ratiatum, et d'en savoir plus sur l'élevage, l'artisanat de bouche et le commerce des denrées alimentaires sur le port.

170222_basdef_011.jpg

 

Se coiffer à la romaine
14-05-2020

Une nouvelle coupe de cheuveux, pourquoi pas ! Mais comment les galloromain.e.s trouvaient-ils/elles l'inspiration pour une nouvelle coupe ? Par quelle mode étaient-ils/elles influencés ? Allons-voir du côté d'une petite statuette...
Bonne pêche !
01-04-2020

La pêche a été bonne en ce 1 avril ? Vous avez attrapé des poissons ? Si vous êtes joueur/joueuse et que vous voulez en attraper plus, pensez à utiliser ces petits objets galloromains...
À un carrefour de l'antique Ratiatum
01-03-2020

En 2016, l'Inrap a fouillé cette parcelle individuelle de 580 m2 et mis au jour les vestiges liés à l'urbanisation de Ratiatum, à deux pas du site de St Lupien à Rezé.