Se coiffer à la romaine

14-05-2020


Cette tête de figurine, retrouvée en fouille à Rezé (Terrain Peigné) en 1989 est un petit buste, dont uniquement la tête et la naissance de la nuque ont été conservés.

Le visage est plein, le front plat, les yeux en amande, la bouche fine et inexpressive. La coiffure est en diadème : deux masses soigneusement peignées vers le haut laissent le front et les oreilles dégagées, et un diadème de perles ovoïdes juxtaposées maintient la coiffure en éventail (sorte de « visière arrière »). Une mèche médiane sépare les cheveux à l’arrière de la tête.

TETE-DE-FIGURINE_SRA2740_photo1.jpg
Tête de figurine, présentée au Chronographe. Terre cuite blanche moulée (atelier de l'Allier ?). Vers 100 de notre ère. 8,8 x 9,5 cm. Propriété de l'État et de la ville de Rezé. Inv. SRA 2740 © Vincent Leray


Apparu sous le règne d’Auguste (27 avant – 14 de notre ère), le culte impérial est l’une des pratiques cultuelles et politiques fondatrice de l’Empire romain. Si celui-ci reste relativement tolérant vis-à-vis des pratiques religieuses des pays conquis, le culte à l’Empereur et à Rome divinisés est un pilier essentiel de la vie dans l’Empire et une pratique obligatoire.

Dans ce cadre, des représentations des empereurs et des membres de leur famille sont produites en grand nombre et sur une diversité de supports, comme par exemple des petits bustes en terre cuite. Il semblerait que la tête de figurine en terre cuite découverte lors de la fouille de la domus du Terrain Peigné à Rezé en 1989 en soit un exemple.


En effet, cette petite tête en terre cuite moulée serait la représentation de l’épouse de l’empereur Hadrien, Sabine, impératrice entre 117 et 137 de notre ère. La manière de la représenter, avec un front plat, des yeux en amande, et une petite bouche étroite et inexpressive, se rapproche des représentations connues de l’impératrice sur des monnaies par exemple.

TETE-DE-FIGURINE_SRA2740_photo2.jpg


Sa coiffure en diadème, très élaborée, est également reconnaissable : les cheveux disposés en éventail sur le sommet de la tête sont retenus par un diadème de perles ovoïdes, laissant le front plat dégagés. Ce type de petits bustes en argile moulée était produit en série dans le but d’être diffusé à travers le territoire romain dans le cadre de ce culte impérial, et leur petite taille les destinait probablement à un contexte domestique. Leur large diffusion a du également inspirer des modes dans la manière de se coiffer « à la romaine », et est aujourd’hui une source précieuse de renseignements pour les historiens.

Janet Stephens, une coiffeuse américaine, a longuement étudié les coiffures romaines, et montre dans cette vidéo comment recréer la coiffure de l'impératrice Sabine. Pourquoi pas chez soi ?

 

Qui veut du blé ?
30-04-2020

En cette période de (quasi) pénurie de blé, ou du moins de farine, sachez que l'archéologue aussi a du mal à mettre la main dessus en fouille !
Bonne pêche !
01-04-2020

La pêche a été bonne en ce 1 avril ? Vous avez attrapé des poissons ? Si vous êtes joueur/joueuse et que vous voulez en attraper plus, pensez à utiliser ces petits objets galloromains...
À un carrefour de l'antique Ratiatum
01-03-2020

En 2016, l'Inrap a fouillé cette parcelle individuelle de 580 m2 et mis au jour les vestiges liés à l'urbanisation de Ratiatum, à deux pas du site de St Lupien à Rezé.