Neandertal - Le temps d'une journée - 2020

Jusqu'au 8 mars 2021, le Chronographe et le Muséum partent à la découverte de l’homme de Néandertal, figure majeure de l’aventure humaine, à découvrir au Chronographe et au Muséum.

LE TEMPS D'UNE JOURNÉE


Le Muséum de Nantes et le Chronographe adaptent et présentent cette exposition, conçue par le Musée de l’Homme - Musée national d’Histoire naturelle, en partenariat avec l’Inrap en 2018.

Néandertal, disparu il y a 35 000 ans, est un être plus proche de nous qu’on ne le croyait. Longtemps considéré comme un être primitif, il est aujourd’hui reconnu comme un humain à part entière.

Comment vivait Néandertal au quotidien ?


En complément de l'exposition du Muséum, le Chronographe se penche sur le cas d'un campement de plein air découvert à la Folie, près de Poitiers.

À partir d'une reconstitution à l'échelle 1 du site de fouille, l'exposition retrace l'analyse de chaque indice, minutieusement passé au crible des méthodes de l'archéologie.

Grâce à l’œil exercé des paléolithiciens, les outils de Néandertal nous révèlent ainsi ses qualités d'artisan et de chasseur, et sa faculté d'adaptation à son environnement.

L'exposition est accompagnée d'une programmation de démonstrations : allumer un feu, tailler un biface, utiliser un propulseur...

AU-DELÀ DU SILEX


Néandertal a disparu il y a plusieurs milliers d'années : comment faire parler les traces archéologiques de son existence ? Quelle est la différence entre un paléontologue et un archéologue ? Comment l'archéologie des outils et des traces de Néandertal aident à la datation ?

Tous les dimanches, à 15h et 16h - Visite focus libre et gratuite, sans réservation, dans la limite des places disponibles.

INFORMATIONS

• Exposition jusqu'au dimanche 7 mars 2021
• Ouverture : du mercredi au dimanche, de 14h à 18h
• Fermeture annuelle : du lundi 4 janvier au vendredi 19 février inclus
• Entrée 3€, tarif réduit 1€50, gratuit pour les moins de 18 ans.
• Port du masque obligatoire à partir de 6 ans.
Dossier de presse ici (lancer le téléchargement du fichier).
• Le Chronographe, 21 rue Saint-Lupien, 44400 Rezé - lechronographe.nantesmetropole.fr - @lechronographe

Tout savoir de Néandertal ! - 2020


Longtemps négligé au profit de Sapiens, Néandertal a souffert d'être le repoussoir de notre humanité. Pourtant, depuis de nombreuses années, les chercheuses et chercheurs révèlent un peu plus notre proximité avec Néandertal, des gènes que l'on partage à sa maîtrise du langage. En quelques liens, nous proposons d'en savoir plus sur notre lointain cousin...

Quiz

Quelle image avez-vous de Néandertal  (4 min) ?

 

Un petit quiz sur Néandertal pour faire le point, ça vous tente ? Par Aurélie Del Prete du Muséum d'histoire naturelle de Nantes

Habitats, outils, médecines : Néandertal au quotidien

 

Néandertal ne vivait pas que dans des grottes ? - 2 min

Cet article décrit plus en profondeur les différents habitats créés et occupés par l’Homo Néandertalensis

Tous ces outils, à quoi servaient-ils ? - 2 min

À quoi servaient les outils de l’Homo Neandertalensis ? Comment étaient-ils réalisés ? Cet article de l’Inrap permet de découvrir cette production, accompagné d’un podcast sur le site de Saint-Amand-les-Eaux.

La médecine et Néandertal - 2 min

Voici un petit article intitulé “Les Néandertaliens pratiquaient-ils la médecine ?”

Néandertal au quotidien - 14, 17, et 18 min


Ces trois podcasts de 14, 18 et 17 minutes abordent plusieurs thèmes : les idées reçues sur Néandertal, son alimentation, ses outils, la chasse, le langage, le lien entre Néandertal et Sapiens, les soins et l’enterrement

Néandertal : qui est-ce ? - 15 min

Envie de tout savoir sur Néandertal ? L’Inrap présente cet Homo Neandertalensis de sa morphologie à son mode de vie en passant par son environnement.

Néandertal et ses comportements - 10 min

Qui est Néandertal ? Que mange-t-il ? Néandertal est-il un artiste ? Toutes les réponses à ces questions se trouvent sur le site du Muséum d’Histoire Naturelle de Nantes.

Podcast, vidéos et articles - Que peut nous dire la science de l’archéologie sur Néandertal ?

Fouille préhistorique - 5 min

Comment fouille-t-on sur un site préhistorique ? Comment interpréter les amas d’outils en pierre ? Cette vidéo de 5 minutes de Laurence Bourguignon répond à ces questions en expliquant le travail de l’archéologue préhistorien.

Archéologues et Néandertaliens - 30 min

 

Ce podcast de 30 minutes par Marylène Patou-Mathis (CNRS) explique qui est Néandertal au travers de son alimentation, de son habitat, de ses outils, ses rites funéraires, … Le podcast remet aussi en perspective le travail de l’archéologue, que ce soit avec le contexte de sa découverte, l’étude des dents, l’actualité de la recherche, ou avec l’archéologie des sexes.

Néandertal évolue en même temps que la science - 38 min

Une demi-heure de présentation sur Néandertal, par Marylène Patou-Mathis (CNRS) : comment l’archéologue restitue les liens entre l’Homo Néandertalensis et l’Homo Sapiens ? Qui est la femme de Néandertal et pourquoi en parle-t-on si peu ? Comment la science permet-elle de comprendre les hommes et femmes du passé ? Comment interprêter les armes retrouvées sur des sites ?

Comment étudie-t-on Néandertal ? - 40 min

Cette conférence donnée par Pascal Depaepe reprend en 1h l’actualité de la recherche et présente Néandertal au travers de ses outils, de la chasse, et des structures ou peintures qui posent question sur leur utilité. Cette conférence décrit aussi le contexte de découverte de l’Homo Néandertalensis et comment il a été perçu entre le XIXe siècle et aujourd’hui.

 

ArchéoLabo, Les dessous de l'archéologie - 2020

 

Du 15 février au 26 avril 2020, le Chronographe propose une exposition-atelier inédite sur les métiers de l'archéologie et l'actualité des dernières fouilles dans la Métropole de Nantes.

LES DESSOUS DE L'ARCHÉOLOGIE

Une exposition-atelier pour comprendre les métiers de l'archéologie : quand et comment fouille-t-on ? Qui sont les spécialistes au travail dans les laboratoires ? Comment faire parler céramique, ossements, graines et autres vestiges laissés par nos ancêtres ?

Films, manipes et ateliers sont à partager en famille pendant toutes les vacances de février et au delà.

INFORMATIONS

• Exposition du samedi 15 février 2020 au dimanche 26 avril 2020
• Ouverture : du mercredi au dimanche, de 14h à 18h
• Entrée 3€, TR1€50, gratuit pour les moins de 18 ans.
• Le Chronographe, 21 rue Saint-Lupien, 44400 Rezé - lechronographe.nantesmetropole.fr - @lechronographe

Prenez soin de vous ! Archéologie du soin et de la santé - 2019

Du 15 juin 2019 au 5 janvier 2020, le Chronographe propose une exposition inédite sur l’archéologie des soins et de la santé, conçue en partenariat avec l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives).

 

Consacrée à la prise en charge, du vivant et dans la mort, des malades, blessés et personnes en situation de handicap dans les sociétés du passé, l’exposition explore les résonances entre cas de figures archéologiques et phénomènes de société actuels.

Ça veut dire quoi « prendre soin » ? Bien au-delà de l’acte médical, c’est l’ensemble des gestes qui entourent une personne pour son bien-être, et qui déterminent une relation de soin, de soi-même et des autres.

ON N’EST PAS LES PREMIERS À PRENDRE SOIN LES UNS DES AUTRES


Ainsi l’hygiène, la prévention, l’allaitement maternel, l’accompagnement, le suivi, le soutien, l’entre-aide… sont des soins, tout autant que la chirurgie et la médecine, qui traversent l’histoire de l’humanité. Au fil du temps, les techniques pour remédier aux maux et maladies n’ont cessé d’évoluer : du silex au premier scalpel en métal, l’instrumentum s’est considérablement enrichi au fil du temps.

Quel était le quotidien d’un individu âgé, malade ou handicapé ? Était-il pris en charge par les siens ? Rejeté ? Soigné ? Accompagné ? Appareillé ? Aujourd’hui, l’archéologie, notamment funéraire, permet une lecture de plus en plus précise de cette prise en charge des personnes les plus vulnérables : les infirmes, les « corps différents », les estropiés, les « faibles » ou les malades.

Si le soin est avant tout une affaire individuelle, les hôpitaux, hospices et léproseries sont autant de lieux où sont pris en charge et soignés les patients. Nous ne sommes pas tous égaux face à la maladie : l’archéologie se fait le témoin des logiques sociales d’inclusion et d’exclusion. L’archéo-anthropologie, la paléopathologie et même la topographie funéraire (emplacement des lieux d’inhumation) révèlent ces traitements parfois inégalitaires.


UNE EXPOSITION POUR INTERROGER, ACCESSIBLE À TOUS

Conçue comme un prolongement de l’archéocapsule de l’Inrap, l’exposition veut avant tout susciter la réflexion autonome du visiteur. Elle invite à interroger, au regard de la documentation archéologique, les politiques actuelles en matière de santé et d’accès aux soins, ainsi que le regard porté sur la personne malade ou en situation de handicap, tout en dissipant les préjugés sur l’hygiène et la santé des populations du passé.

Diachronique, l’exposition s’appuie sur des objets archéologiques singuliers, qui illustrent les thématiques citées et sur les recherches menées par les anthropologues. Accessible, l’exposition s’emploie à prendre soin du visiteur : illustrations poétiques, outils numériques, manipulations, images et sons, textes en FALC (facile à lire et à comprendre)… facilitent l’appropriation par tous de ce sujet universel.

COMMISSARIAT SCIENTIFIQUE

Valérie Delattre est archéo-anthropologue à l’Inrap et spécialiste des pratiques funéraires et cultuelles de la Protohistoire au Moyen Âge. Elle étudie les comportements de nos ancêtres, vulnérables, différents et handicapés moteurs, et leur inclusion/exclusion dans les sociétés du passé.

Hervé Guy est archéologue préhistorien et anthropologue biologiste à l’Inrap. Il étudie les représentations et pratiques autour du cadavre, dans une approche de sociologie historique, et s’intéresse aux transitions démographiques provoquées par des changements environnementaux (paléodémographie, états sanitaires, démographie…).

Marie-Laure Hervé-Monteil est archéologue à l’Inrap Grand-Ouest et est spécialiste de la période gallo-romaine. Elle a dirigé plusieurs opérations de diagnostic et de fouille préventive en contextes rural et urbain dans les Pays de la Loire. Elle a notamment réalisé de nombreuses fouilles et diagnostics sur Ratiatum, l’agglomération de Gaule romaine à Rezé.

INFORMATIONS

• Exposition du 15 juin 2019 (ouverture pour les Journées Nationales de l’Archéologie) au 5 janvier 2020
• Ouverture : du mercredi au dimanche, de 14h à 18h. Juillet & août : du mardi au dimanche, de 14h à 19h.
• Le Chronographe, 21 rue Saint-Lupien, 44400 Rezé - lechronographe.nantesmetropole.fr - @lechronographe

Comme un boomerang - 2019

Exposition d'un choix d'œuvres contemporaines issues de la collection du Frac des Pays de la Loire du 9 février au 12 mai 2019 - Le Chronographe, Rezé
Jean Clareboudt, Anne Deleporte, Marcel Dinahet, Hubert Duprat, Aleana Egan, Aurélien Froment, Giorgio Griffa, Jim Hodges, Antoinette Ohannessian, Laurent Tixador & Abraham Poincheval, Gala Porras-Kim, Florian Sumi, Francisco Tropa, Raphaël Zarka

 

Quels rapports entretiennent les pratiques artistiques et archéologiques ? Pourquoi l'archéologie fascine les artistes et comment s'emparent-ils de cette discipline ? De quelles manières les œuvres contemporaines entrent en résonance avec des vestiges archéologiques et l'histoire de l'antiquité ? Toutes ces questions sont au cœur de l'exposition.

L'exposition est conçue comme un écho au parcours permanent du Chronographe. Le dialogue entre des temps aussi éloignés s'engage autour de la question des matériaux tels que le bois, la céramique, les pierres, les os et les métaux précieux, supports du travail de l'archéologue. Pour l'archéologue, ces témoins matériels qu'il prélève, extrait, inventorie avant de les étudier, contiennent une histoire qu'il s'agit de faire ressurgir. Ils portent l'empreinte des hommes qui ont vécu avant nous sur ce territoire. L'artiste comme l'archéologue, en assemblant les matériaux, en rapprochant les indices créé des récits qui éclairent notre monde, passé ou présent.

L'art et l'archéologie ont ainsi en commun de rendre visible ce qui ne l'était pas ou plus. C'est ainsi que l'artiste Jean Clareboudt envisage sa pratique de sculpteur. C'est de l'observation du terrain et de la manipulation de ses ressources les plus humbles que naît peu à peu chez lui le dessein de l'œuvre. À partir des matériaux qu'il prélève en traversant des paysages, son « atelier naturel », l'artiste livre des sculptures qui témoignent de l'importance de l'histoire la plus ancienne. Il renoue ainsi avec des temps immémoriaux, et s'ancre dans une pratique contemporaine qui tisse un lien fort avec le passé, ses matériaux et ses gestes.

La vingtaine d'œuvres sélectionnées pour l'exposition s'inscrit dans cette même voie et rapproche de manière inattendue des temps qui pourraient apparaître si éloignés. L'art ne s'embarrasse gère des fossés temporels et l'exposition est une invitation à les franchir !

Cette exposition est proposée dans le cadre d'un partenariat entre le Frac des Pays de la Loire et le Chronographe, avec le service archéologie de Nantes Métropole.

Retrouvez la programmation de l'exposition à ce lien.

 JOURNAL D'EXPOSITION

FEUILLES DE  SALLE

Journal expo Comme un boomerang

Feuilles de salle

 

 

 

 

Fragments - 2019

Exposition d'œuvres de Blanche Daramir du 9 février au 19 mai 2019 - Le Chronographe, Rezé

 

Blanche Daramir développe un travail à la croisée du dessin, de la microsculpture et de la peinture.

Explorant la question du statut des oeuvres, elle propose une relecture des objets antiques et de leur histoire, et ponctue l’espace d’exposition d’une dizaine de pièces inspirées par l’observation des formes du passé.

Blanche Daramir propose ainsi un dialogue entre antique et contemporain, et connecte deux temporalités en un seul lieu.

Les objets sont réinventés et mis en scène dans une proposition narrative, graphique et colorée, présentée dans le parcours permanent du Chronographe.

Retrouvez le dépliant de visite ici : (lancer le téléchargement du fichier)

Dépliant Fragments - Blanche Daramir

Namsborg, des vikings à Nantes - 2018

Sur les traces des vikings, à Nantes et en Bretagne.

En 843, la ville de Nantes est prise d'assaut par des hommes venus du nord. Les raids et occupations qui suivent laissent une impression puissante, encore perceptible aujourd’hui : celle d'hommes violents, semant la terreur et réduisant en esclavage habitants et moines.

Près de 1000 ans plus tard, quelles sont les traces du passage des vikings à Nantes et dans la région ? En écho à l'exposition Nous les appelons Vikings au Château des ducs de Bretagne, le Chronographe propose, en collaboration avec le musée Dobrée, d'explorer les traces de la présence viking dans l'estuaire de la Loire aux 9e et 10e siècles.

Emboîtez le pas des moines déplaçant des reliques de monastères en monastères, des vikings s'installant sur l'île de Bièce (Nantes), des seigneurs rachetant leur liberté par dizaines de vaches. Scannez des épées pour faire parler le métal ; partez sur les traces d'un viking, d'un moine ou d'un paysan breton du haut Moyen Âge.

Retrouvez la programmation culturelle à ce lien.

QUAND ? COMMENT ?

  • Au Chronographe
  • Du samedi 30 juin 2018 au dimanche 6 janvier 2019

Fara i vikingu - 2018

Avé Bande Dessinée ! La BD rencontre l'Antiquité - 2018

L'exposition Avé Bande-Dessinée ! La BD rencontre l'Antiquité se tiendra au Chronographe du samedi 24 février au dimanche 20 mai 2018, sur les horaires d'ouverture du Chronographe du mercredi au dimanche, de 14h à 18h.

Avé Bande Dessinée ! La BD rencontre l’Antiquité passe au crible les grands classiques de la BD antique (Alix, Murena…), ainsi que les petits nouveaux (Héraklès, Les ombres du Styx, Arelate et bien d’autres).

Comment les auteurs s’approprient ils l’histoire antique ? Recyclage, détournement, recherche d’une vérité historique ou répétition de clichés : c’est un peu tout cela à la fois !

Avé Bande Dessinée ! propose une riche iconographie constituée de restitutions, dessins et planches originales d’auteurs.

L’exposition retrace entre autres la création de la BD Nantes, de Saint Félix à Gilles de Rais (2017), et le travail de collaboration entre les archéologues nantais et les dessinateurs Matthieu Appriou et Fañch Juteau.

Avé Bande Dessinée ! donne également l’occasion de découvrir ou redécouvrir des bandes dessinées, devenues cultes pour certaines d’entre elles. Ainsi toutes les BD traitées sont mises à disposition des visiteurs qui sont invités à les lire ou les feuilleter au fil du parcours.

Un espace lecture et jeux est aussi proposé aux jeunes visiteurs (4-12 ans), en partenariat avec les Bibliothèques municipales de Nantes.

Des BDs à découvrir - 2018

Quand la BD rencontre l'Antiquité, tout un univers de créations à découvrir
 

Terra incognita - 2017

Terra incognita, Briques & tuiles, Matière(s) à bâtir - Exposition jusqu'au 17 décembre

NMX007-11_AfficheA3_HD net.jpg (NMX007/11_AfficheA3.indd)

Sait-on que la grande muraille de Chine, la basilique Sainte-Sophie à Istanbul, le dôme de la cathédrale de Florence… sont construits en briques ?

 


L’exposition Terra Incognita propose d’explorer ce matériau omniprésent, presque banal et néanmoins mal connu, de sa fabrication à sa mise en oeuvre, de l’époque romaine à nos jours.

Si l’archéologie s’est longtemps cantonnée à l’étude de la poterie, elle s’est depuis peu tournée vers les tuiles, carreaux et briques. L’étude des terres cuites dans l’architecture permet de comprendre les modes de construction, les formes du bâti, et ainsi d’approcher la culture technique des sociétés qui les ont employées.

Les Pays de la Loire ne figurent pas parmi les « terres à briques », mais les matériaux de construction en terre cuite y sont néanmoins présents depuis l’époque romaine. Autour de Nantes, la pierre est abondante : l’usage de la terre cuite relève donc d’un choix architectural ou esthétique.

Terre crue, sèche ou cuite, à toucher ou faire sonner, c’est un voyage au plus près de la matière que vous propose cette exposition.

Une exposition à découvrir au Chronographe jusqu'au 17 décembre :

  • jusqu'au 1er juillet et à partir du 1er septembre : du mercredi au dimanche, 14h-18h
  • du 1er juillet au 31 août : du mardi au dimanche, 13h-19h
  • accès libre avec le prix d'entrée

La terre cuite dans l'Antiquité - 2017

TUILERIE DES CLOUZEAUX

La tuilerie des Clouzeaux, en Vendée, fait figure de découverte remarquable. Ce site, fouillé par l'Inrap (D. Séris), a livré des vestiges caractéristiques des ateliers d’époque romaine en Gaule du Nord, qui permettent de comprendre l’organisation des constructions et celle de la production.

FOUR DES CLOUZEAUX

Les restes de trois fours différents, exploités successivement entre la première moitié du Ier et le début du IIe siècle ap. J.-C., ont été découverts sur le site des Clouzeaux. Ils sont conçus de façon identique et peuvent être considérés, selon une terminologie moderne, comme des fours « debout ».

La halle où étaient entreposées les tegulae (tuiles) destinées à achever leur séchage, consistait en un bâtiment en bois long de 20 m et large de 6,5 m, dont seuls les trous d’ancrage au sol des poteaux porteurs ont été découverts.
Les deux premiers fours, de forme rectangulaire, sont de taille modeste. Le troisième four, carré, est plus vaste : 12,5 m2 de surface, pour près de 45 m3 de volume utile. On peut estimer la capacité de production de ce four à 5 900 tuiles par cuisson, ce qui correspond à une toiture de 400 m2.

La capacité annuelle de production du plus grand four des Clouzeaux était de 35 000 tuiles, soit environ 2 300 m2 de toiture. Rapporté à la surface moyenne d’une villa ordinaire, l’atelier était donc capable de couvrir l’équivalent de deux à trois villae par an

Chantiers croisés - 2017

Une campagne photographique à Saint-Lupien, 2014-2016

Sylvain Bonniol

 

Pendant deux années, Sylvain Bonniol a pu arpenter ce petit morceau de territoire et les deux chantiers qui y ont été menés : la construction du Chronographe et le chantier de fouilles.

Chacune de ses images est devenue une mise en relation, un récit composé de matières, de lumières, de géométries, de présences humaines, de repères lointains ou de signes ténus, d’indices, de « presque riens » essentiels.

Au-delà de l’anecdote, les acteurs des chantiers nous rappellent ici, comme les petits personnages de certaines peintures de Poussin, qu’il faut l’activité des hommes pour produire un paysage, une ville, une architecture.

Jusqu'à fin mai 2017